Honduras : La Résistance hondurienne dénonce une intervention des USA

(article avec audio et suivi d’une fiche d’information sur Otto Reich)
Je partage sur :

Pour la résistance hondurienne présence d’Otto Reich [2] au Honduras au moment de l’assaut sur les coopératives paysannes de la vallée de l’Aguan n’est absolument pas due au hasard, mais répond à une planification de la réappropriation du pays par les yankees. En cela la vision de Bertha Cáceres recoupe incontestablement les mécanisme que Naomi Klein a mis à jour dans son essai "la doctrine du choc". Incroyable non ?!

Bertha Cáceres, membre du Conseil Civique des Organisations Populaires et Indigènes du Honduras (COPINH), a dénoncé la présence de l’ex-sous-secrétaire de l’État américain, Otto Reich, dans le pays.

Cáceres considère que la présence de Reich "réaffirme l’objectif du Coup d’État d’asseoir le projet de domination impérialiste" et que c’est "encore un pas des États-Unis pour se réinstaller dans la région".

Elle a ajouté que l’interventionnisme au Honduras a grandi "de manière effronté" depuis le putsch du 28 juin 2009.
Cáceres a rappelé sur Réseau National de Radio Communautaire du Honduras qu’Otto Reich avait été réuni avec l’état-major des armées honduriennes la nuit avant le putsch.

De plus, elle a indiqué que Reich est au Honduras pour "se réunir avec l’extrême-droite et continuer ainsi la stratégie réactionnaire déployée".

Elle soutien que cette présence indique que la "répression va s’acentuer". Elle critique également l’inauguration de la nouvelle base militaire américaine à la Mosquitia [3].

La présence de Reich au Honduras correspond à une forte militarisation de la zone du Bas Aguán, où le Mouvement Unifié des Paysans de l’Aguán (MUCA) met en avant un processus de récupération des terres [4].

À ce sujet, Cáceres indique que "les étrangers ont constaté que la lutte des Honduriens est un ‘mauvais exemple’ pour d’autres peuples, d’autres communautés et pour le secteur paysan".

Otto Reich

Histoire de mieux situer le personnage, nous avons traduit sa fiche en provenance de wikipedia anglais, puisqu’il ne dispose pas de fiche en français... Malheureusement nous n’avons pas traduit les différents renvois de bas de page, il faudra vous référer à la fiche anglaise pour cela.

Otto Juan Reich (né le 16 octobre 1945), Américano-cubain, est un ancien fonctionnaire senior des administrations des Présidents Ronald Reagan, George H. W. Bush et George W. Bush. Parmi d’autres positions tenues, il a été l’Envoyé Spécial du président pour l’Hémisphère de L’Ouest, Assistant du Secrétaire d’Etat pour les Affaires d’Hémisphère de l’Ouest, Ambassadeur Américain au Venezuela et Assistant Administrator de l’Agence américaine pour le Développement international (USAID).

Reich a été nommé Assistant du Secrétaire d’Etat pour l’Hémisphère de L’Ouest en janvier 2002. En 2003, Bush l’a nommé alors Envoyé Spécial américain de l’Hémisphère de l’Ouest. Depuis le départ de la Maison Blanche en 2004, il a été à la tête de sa propre société de conseil internationale, Associated d’Otto Reich LLC, basé à Washington D.C. Reich a servi de conseiller de politique sur l’Amérique latine pour la campagne présidentielle de John McCain (ultra conservateur).

De 1967 à 1969, comme un officier parachutiste, il a exercé les fonctions d’officier des Affaires Civil dans l’armée américaine dans la Zone du Canal de Panama. On lui a décerné la Commendation Medal de l’armée américaine.

De 1981 à 1983, Reich a été administrateur assistant de l’Agence américaine pour le Développement international (USAID) responsable de l’assistance économique américaine en Amérique latine et aux Caraïbes. En 1991 et 1992, sur la demande du Président George H. W. Bush, Reich a servi comme Député Représentant américain à la Commission des Nations Unies sur les Droits de l’Homme à Genève.

De 1983 à 1986, Reich a établi et dirigé l’inter-agence de l’Office de Diplomatie Publique pour l’Amérique latine et les Caraïbes. L’OPD a déclassifié des renseignements de la CIA et les a disséminés pour influencer l’opinion publique et inciter le Congrès à continuer à financer la campagne de l’administration Reagan contre le gouvernement sandiniste du Nicaragua. L’OPD a été extrêmement controversée et critiquée par de nombreuses sources gouvernementales, incluant un rapport d’équipe fait par le House Foreign Affairs Committee, qui l’a caractérisé comme une opération de politique domestique et de propagande. En 1987, une enquête du Contrôleur Général a déterminé que l’OPD s’est livré aux "activités de propagande interdites, secrètes, au-delà des activités acceptables d’agence publique d’information". L’OPD a violé aussi “une restriction des appropriations annuelles du Département d’État interdisant l’utilisation des fonds fédéraux pour la publicité ou les buts de propagande non autorisés par le Congrès.”

De 1986 à 1989, Reich a servi d’Ambassadeur au Venezuela. Pour ce service il a reçu le Superior Honor Award du Département d’État, le Meritorious Service Award et l’Order of the Liberator de la république du Venezuela, le plus haut honneur conféré par cette nation. Pendant qu’il ét&ait en poste à Caracas, on a dit que Reich avait contribué à la libération d’Orlando Bosch, exilé cubain, de la prison où il purgait une peine de 10 ans pour l’explosion du vol 455 de la Cubana de Aviación le 6 octobre 1976 faisant route de la Barbade à la Havane. Les soixante-treize personnes à bord avient été tuées, incluant beaucoup de jeunes membres d’une équipe cubaine d’escrime.

Pendant les audiences du Sénat pour son travail pour l’administration Bush en 2002, on a demandé à Reich, "considérez-vous qu’Orlando Bosch est un terroriste ?", Reich a répondu : "je n’ai pas de connaissance suffisante des activités criminelles de M. Bosch pour juger de son statut légal."

De 1989 à 2001, Reich a travaillé comme conseiller d’entreprise pour des clients tels que Bell Atlantic, McDonnell Douglas Aircraft Co., AT&T, Bacardi, British American Tobacco, et Lockheed Martin, qui a cherché à vendre des avions de chasse F-16 au Chili. Il a aidé aussi à la conception de l’acte Barres-Burton qui a mis en place l’embargo cubain par extentension de l’application territoriale de l’embargo initial pour l’appliquer aux compagnies étrangères faisant du commerce avec Cuba.

Reich a tenu le poste d’Assistant du Secrétaire d’Etat pour les Affaires de l’Hémisphère de L’Ouest au moment de la tentative de putsch contre Hugo Chávez le 11 avril 2002. Le jour où Pedro Carmona a été installé comme président, Otto Reich a convoqué les ambassadeurs de l’Amérique latine et des Caraïbes à son bureau pour exprimer son soutien et celle de l’administration américaine pour le nouveau gouvernement.
Ce moment a coïncidé avec le changement des USA se focalisant sur le terrorisme Islamique et moyen-oriental juste après le 9/11 ; pendant que selon certains critiques l’Amérique latine fut déléguée aux officiers de carrière.

Selon un rapport au New York Times, Reich a averti des aides du Congrès qu’il y avait plus en jeu au Venezuela que simplement le succès ou l’échec de Hugo Chávez. Il a accusé Chávez de fourrer son nez dans la compagnie pétrolière d’Etat, de fournir un refuge aux guérilleros colombiens et de tirer d’affaire Cuba avec des taux préférentiels sur le pétrole. Il a dit aussi que l’administration avait reçu des rapports que "les forces paramilitaires étrangères" - qu’ils sont soupçonné d’être constituées de Cubains - ont été impliquées dans la sagnalnte suppression de 14 manifestants anti-Chávez. M. Reich, qui a refusé d’être interviewé, n’a offert aucune preuve de ses accusations.

Les États-Unis, qui avaient admis le gouvernement de facto, n’ont pas condamné le putsch avant que Chávez n’ait été restitué au pouvoir par les militaires vénézuéliens.

En 2002, peu de temps après qu’il ait été nommé comme l’Envoyé Spécial, Reich a été aussi nommé pour servir dans l’équipe du très décrié Institut de l’Hémisphère de l’Ouest pour la Coopération de Sécurité, mieux connue sous le nom de l’École des Amériques.

Il a exercé aussi les fonctions de vice-président de l’entreprise Production Responsable Mondiale de Vêtements (WRAP), une organisation d’employeurs qui contrôle l’utilisation de sweat-shop et de maquilladoras et qui a été critiquée par les activistes anti-maquilladoras. De 1998 à 2001, Reich était le co-hôte de l’émission CNN International “Choc d’Opinions,” une version espagnole de l’émission de CNN "Feu croisé". Il apparaît régulièrement sur les média américains et latino-américains.

Pendant les élections Présidentielles américaines de 2008, Reich a servi de conseiller de politique étrangère à John McCain.

Sources :
Agencia Pulsar "La Resistencia hondureña denuncia intervención de EEUU"
Wikipedia english article sur Otto Reich
Traduction : Primitivi


[1Une fiche sur ce triste personnage est disponible à la suite de l’article de l’Agencia Pulsar

[2Une fiche sur ce triste personnage est disponible à la suite de l’article de l’Agencia Pulsar

[4Sur cette affaire voir les différents articles relatifs à l’Aguan


Sur le même thème